[audio - English] Ai Weiwei expose au Musée des Beaux-Arts de Lausanne et nous parle de son documentaire Human Flow

Ai Weiwei, fils du célèbre écrivain Ai Qing, né en 1957 à Pékin, a émigré en 1983 aux États-Unis où il a découvert le ready-made de Marcel Duchamp et le pop art d’Andy Warhol. À son retour en 1993, il s’est mis à développer son œuvre tout en s’engageant en faveur de ses collègues artistes chinois, par des activités curatoriales (exposition Fuck Off, 2000, Shanghai) et de publication dans le secret de l’underground.

— Ai weiwei
© Firouz Pillet

Emprisonné en raison de ses opinions et critiques face à la politique chinoise, en particulier l’occultation de la catastrophe humanitaire suite au tremblement de terre au Sichuan en 2008,  Ai Weiwei est relâché après des protestations à travers le monde entier. L’artiste vit aujourd’hui à Berlin et est venu, le 21 septembre 2017, à Lausanne pour rencontrer la presse suisse. Architecte, Ai Weiwei a été conseiller artistique pour le cabinet d’architecture suisse Herzog & de Meuron lors de la réalisation du stade national de Pékin construit pour les Jeux olympiques d’été de 2008. Il est l’un des 303 intellectuels chinois signataires de la Charte 08 (pour promouvoir la réforme politique et le mouvement démocratique chinois dans la République populaire de Chine).

Dans son travail sculptural, Ai Weiwei met en relief tout en détournant les traditions artisanales chinoises tout en parodiant le pop art ou la sculpture minimale américaine. Avec le langage de la photographie et du cinéma, il tente d’enregistrer les transformations des cités et des mouvements de population. Prolifique et engagé, utilisateur expert des réseaux sociaux, Ai Weiwei mêle subtilement art, vie privée et engagement politique.

L’œuvre d’Ai Weiwei est à découvrir au cinéma en Suisse romande (à partir du 2 février 2018) via son documentaire Human flow (présenté à la Mostra 2017), véritable état des lieux des flux de réfugiés lais à travers le monde et au Palais de Rumine jusqu’au 28 janvier 2018, investi par l’artiste chinois, habitué à mêler art, vie privée et engagement civique. L’exposition D’ailleurs c’est toujours les autres (titre inspiré de l’épitaphe de Marcel Duchamp, ndlr.) présente des travaux récents et des interventions spécialement conçues pour les espaces du Palais de Rumine.
Rencontre (en anglais).

Firouz E. Pilet

Musée des Beaux-Arts

Sortie de Human Flow le 16 novembre 2017 en Suisse alémanique, le 17 novembre 2017 en Allemagne et le 2 février 2018 en Suisse romande.

© j:mag Tous droits réservés

Enregistrer

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

firouz has 111 posts and counting.See all posts by firouz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*