[Audio auf Deutsch – résumé en français] Rana Ahmad : « Ich liebe meine Freiheit! »

Rana Ahmad : le courage comme tout bagage !

Rana Ahmad, née en 1985, a grandi à Riyad, en Arabie Saoudite, où elle se déguise pour la première fois à l’âge de dix ans car cette pratique si anodine en Occident est réglementée de manière très stricte pour toute jeune femme, en raison des lois religieuses rigoristes qui n’autorisent pas les fillettes, les jeunes filles et les femmes à sortir, à faire de la bicyclette, à conduire une voiture ou même à décider d’étudier ou de travailler.
(…)

Lire la suite

Le Prix de Soleure 2018, « Des hommes et des moutons » du cinéaste lausannois Karim Sayad, sort sur les écrans romands – Rencontre [audio]

Né en 1984 d’un père algérien et d’une mère suissesse, Karim Sayaf obtient un Master en Relations Internationales de l’Institut Universitaire des Hautes Études Internationales et du Développement de Genève. Avec son premier long-métrage, le documentariste a conquis à l’unanimité le jury du Prix de Soleure 2018, sa principale distinction.
(…)

Lire la suite

Rencontres publiques avec Michel Hazanavicius aux Cinémas du Grütli suivies d’une rétrospective – Entretien audio

Les Cinémas du Grütli accueillaient Michel Hazanavicius pour une rencontre avec le public le vendredi 6 avril 2018 dès 19h30 ! Le cinéaste venait présenter son film récompensé aux Oscars, The Artist. Il sera également présent le samedi 7 avril, pour présenter et commenter ses films. Ces rencontres exceptionnelles sont suivies d’une rétrospective jusqu’au 18 avril.
(…)

Lire la suite

[Audio] Rencontre avec Samuel Maoz qui a remporté le Lion d’argent à la Mostra de Venise 2017 avec Foxtrot

Samuel Maoz, réalisateur israélien, invité au Festival International de Films de Fribourg, a poursuivi son périple suisse en passant par Genève à l’occasion de la présentation de son second long métrage, Foxtrot aux Cinémas du Grütli. Lebanon, son premier long-métrage de fiction, avait obtenu le Lion d’or à la Mostra de Venise en 2009 et son deuxième film, Foxtrot, a remporté le Lion d’argent également à la Mostra de Venise, cette fois en 2017.
(…)

Lire la suite

[Audio] Rencontre avec la jeune Vaudoise Loane Balthasar, nominée comme révélation féminine des Prix du cinéma suisse 2018

La cérémonie de remise des Prix du cinéma suisse 2018 a eu lieu ce vendredi 23 mars 2018 à Zurich Oerlikon. Ces prix récompensent les prestations remarquables de cinéastes, comédiens et professionnels suisses. Cette manifestation d’importance nationale réunit des représentants des milieux du cinéma, de la politique, de l’économie et de la culture. Jusqu’à dimanche 25 mars, vous pouvez voir les films nominés et gagnants à Genève et Zurich.
(…)

Lire la suite

« Ceres » offre un portrait poétique des enfants de la campagne – entretien avec sa réalisatrice hollandaise Janet van den Brand

Ceres a été présenté en première à la Berlinale 2018 le 19 février. Ce film documentaire de la réalisatrice hollandaise Janet van den Brand, basée à Bruxelles, a été sélectionné pour concourir en compétition dans le cadre du programme Generation Kplus.

Le film brosse un portrait intime des enfants vivant dans des fermes dans la région du Zeeland, les suivant dans leur vie quotidienne. C’est aussi une histoire universelle sur le cycle des saisons, sur les récoltes semées et récoltées, sur la vie et la mort, et surtout sur le fait de grandir en milieu rural avec des animaux qui les initient au cycle de la vie.
(…)

Lire la suite

Aventiclap : un festival de cinéma vit le jour à Avenches – Retour sur sa 1re édition avec son fondateur Jean-Marc Detrey

Un passionné de septième art, Jean-Marc Detrey, se désolait de la disparition de salle de cinéma dans sa région. Il y a un peu plus de trente ans, l’Aventic, le cinéma d’Avenches, fermait ses portes. La mythique salle restera fermée jusqu’au début des années 2000 quand les derniers films ont étés projetés par Jean-Marc Detrey qui tentait d’ouvrir un centre cultuel par l’association Le Bac à Sable.
(…)

Lire la suite

FIFDH 2018 : Rencontre avec Nabil Ayouch au sujet de son dernier film Razzia [audio]

Nabil Ayouch, fils d’une mère juive française d’origine tunisienne et d’un père musulman marocain, est le frère du réalisateur Hicham Ayouch. Avec Razzia, il nous entraîne à Casablanca, entre le passé et le présent, suivant cinq destinées qui sont reliées sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes mais une même quête de liberté. En arrière-fond, le bruit d’une révolte qui gronde. Les personnages de Razzia ne parlent pas tous la même langue. Ainsi, Hakim s’exprime dans un arabe de tous les jours, un argot de rue tandis qu’Inès, qui grandit dans un quartier riche, ne s’exprime qu’en français.
(…)

Lire la suite

FIFDH 2018 : Matar a Jesús, une fiction autobiographique – entretien avec la réalisatrice colombienne Laura Mora Ortega

Laura Mora Ortega, la réalisatrice de Matar a Jesús, se réjouit que son film soit sélectionné par FIFDH de Genève après le Festival de San Sebastian, le Festival de Zurich et juste avant celui de Toulouse. A peine arrivée de Colombie, très fatiguée par le voyage et le décalage horaire, Laura Mora Ortega nous a rencontrés avec enthousiasme pour parler de son parcours, de son film à l’inspiration si personnelle, de la violence en Colombie, de l’art comme moyen d’éducation, de sa famille. Rencontre au Café Babel, au Théâtre Pitoëff, au cœur du FIFDH, à Genève.
(…)

Lire la suite

Marilyn ou le terrible parcours d’un être « différent » en milieu hostile – Entretien avec Martín Rodríguez Redondo

Marcos (Walter Rodríguez), un adolescent de de dix-sept ans, travaille comme ouvrier agricole au sein de la ferme d’élevage que garde sa famille qui vit dans des conditions modestes. Il aide son père Carlos (Germano De Silva) et son frère aîné Carlitos (Ignacio Giménez), qui traient et s’occupent des vaches victimes de tentatives constantes de vol. Olga (Catalina Saavedra), gagne de l’argent en tant que couturière. Bientôt son père meurt et les difficultés économiques forcent la famille à aller de l’avant sans beaucoup de deuil.
(….)

Lire la suite