[Audio – Español] : Cecilia Atán, Valeria Picato et Paulina García pour la sortie romande de La novia del desierto

Présenté au Festival de Cannes 2017 dans la section Un certain regard, le film de Cecilia Atán, Valeria Picato, La fiancée du désert, est sorti sur les écrans suisses. A cette occasion, nous avons rencontré les deux réalisatrices et l’actrice principale du film, Paulina García. Voici les entretiens en langue originale espagnole, un résumé en français suivra sous peu. En attendant, vous pouvez lire notre critique parue lors du festival: La novia del desierto (La fiancée du désert) représente l’Argentine en compétition dans Un Certain Regard
(…)

Lire la suite

Marlina, la tueuse en quatre actes : un western rural et féministe venu d’Indonésie

l’Indonésie n’avait présenté aucun film au Festival de Cannes, toutes sections confondues, depuis treize ans. C’est dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs que L’Indonésie est de retour sur la Croisette avec le film de Mouly Surya, jeune cinéaste indonésienne de trente-cinq ans qui signe un véritable petit bijou dans la veine de Sergio Leone et de Quentin Tarantino.
(…)

Lire la suite

Ôtez-moi d’un doute : une comédie délicate et poétique de Carine Tardieu

Dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs, une comédie française sensible et amusante a été « le coup de cœur » d’Edouard Waintrop, délégué général de la section et directeur des Cinémas du Grütli, à Genève. Otez-moi d’un doute (Just to be Sure) s’attache aux problématiques liées à la paternité et la filiation. Alors qu’un père veut connaître qui est le père de l’enfant que porte sa fille, il découvre que son propre père n’est pas le sien Père biologique, père affectif, voici les rouages fondateurs qui nourrissent le film de Carine Tardieu (La Tête de maman, en 2007 et Du vent dans mes mollets, en 2012) qui brode autour de cette thématique pour en faire un conte charmant aux facettes multiples.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 : The Critics Awards

The FIPRESCI Jury awarded three prizes: two in the Official Selection – one for the Competition and one for Un Certain Regard –, and a third one for either The Critics Week or the Directors’ Fortnight.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – L’amant double ou la gémellité psychanalysée par François Ozon

Présenté ce vendredi 26 mai dans la section Un certain Regard, le dernier film de François Ozon était très attendu. Pour les inconditionnels du cinéaste français, L’amant double a surpris et décontenancé, laissant à de nombreux festivaliers un sentiment mitigé tant le contenu du film semble avoir été déjà vu moult fois au cinéma.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – Aus dem Nichts (In The Fade) de Fatih Akin : un film poignant et fort

Aus dem Nichts (In the fade) est sans aucun doute le film le plus politique de cette compétition du Festival de Cannes qui s’achève samedi 27 mai, avant l’annonce du palmarès dimanche 28 mai. L’Allemand d’origine turque Fatih Akin raconte sobrement les manquements de l’État, de la justice et de la société allemande concernant les attentats perpétrés par les membres du groupuscule néo-nazi NSU entre 2000 et 2011, tuant huit immigrés turcs, un immigré grec et une policière. Cela se passe a Hambourg mais cela aurait pu se dérouler à Paris, a Bruxelles, à Bamako, à Manchester.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – compétition: Les proies de Sofia Coppola

La compétition de ce 70ème Festival de Cannes est marqué par le retour de cinéastes habitués à présenter chacun de leurs films sur la Croisette : on songe à Michael Haneke, aux frères Dardenne et à Sofia Coppola qui y présente Les Proies (The Beguiled), film très attendu puisque doté d’une distribution exceptionnelle : Colin Farrell, Nicole Kidman, Kirsten Dunst et Elle Fanning.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – La novia del desierto (La fiancée du désert) représente l’Argentine en compétition dans Un Certain Regard

Premier long métrage des Argentines Cecilia Atan et Valeria Pivato, La novia del desierto a été filmé à San Juan et Buenos Aires, porté par l’actrice chilienne Paulina García (qui avait reçu l’Ours d’argent de la meilleure actrice à la Berlinale 2013 pour son rôle dans Gloria de Sebastián Lelio, ndlr) qui incarne Teresa, une femme de cinquante-quatre ans qui travaille comme domestique de maison dans une famille aisée à Buenos Aires. Pendant des décennies, Teresa se réfugie dans la routine de son travail mais maintenant, après la décision de la famille de vendre la maison et après des années de bons et loyaux services, Teresa voit sa vie partir à la dérive. Sans alternatives, elle accepte une offre d’emploi à San Juan, dans une région aride de l’Argentine, au Sud de la Buenos Aires.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – 24 Frames : le dernier tableau d’Abbas Kiarostami

Abbas Kiarostami est souvent venu pour la compétition de Cannes en 2012 avec Like Someone in Love, un film insolite, qui a laissé le public en haleine. À l’époque, le réalisateur iranien était impénétrable, incitant les spectateurs a la réflexion pour parvenir à percer ses œuvres hermétiques; Il a déclaré que les sièges de cinéma rendaient un public paresseux et que les points d’interrogation étaient «une partie de la ponctuation de la vie». Abbas Kiarostami aurait été présent cette année pour célébrer les 70 ans du festival de Cannes mais il nous a quittés à l’âge de 76 ans en juillet 2016. Près d’un an après sa mort, le festival a organisé un évènement spécial pour honorer le cinéaste en présentant son dernier chef d’œuvre – 24 frames, un film audacieux techniquement parlant, hypnotisant et jusqu’au-boutiste.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – Hikari (Vers la lumière) de Naomi Kawase invite à comprendre l’invisible

La protagoniste du dernier film de Naomi Kawase, Hikari, Misako (Ayame Misaki) aime décrire les objets, les sentiments et le monde qui l’entoure. Son métier d’audio-descriptrice de films nourrit toute sa vie. Lors d’une projection, elle rencontre un célèbre photographe, Masaya Nakamori (Masatoshi Nagase) dont la vie a bâclé quand sa vue à commencer à se détériorer.
Naissent alors des sentiments forts entre un homme qui perd la lumière et une femme qui la poursuit comme un insecte attiré par une lueur en pleine nuit. Masaya Nakamori et de plus en plus amer et agressif à l’égard de ses congénères alors que sa vue faiblit, la première rencontre avec Misako l’agace profondément et le conforte dans ses convictions. Irrémédiablement plongé dans un monde de ténèbres où il semble n’y avoir aucun espoir, Nakamori ne manifeste aucun égard à l’attention de la jeune femme qui met toute sa bonne volonté et tout son savoir pour trouver les mots justes.
(…)

Lire la suite