​Mostra de Venise 2017: les films d’ouverture de la 74ème édition

La 74ème édition de la Mostra, qui se déroulera du 30 août au 9 septembre, sera inaugurée par la première mondiale de Downsizing, le septième long métrage du réalisateur Alexander Payne, oscarisé pour les scénarios de Sideways et The Descendants.
(…)
Quant à la section Orizzonti, consacrée aux nouvelles tendances du cinéma, la Mostra de Venise a choisi Nico, 1988 de Susanna Nicchiarelli, sélectionné en avant-première mondiale pour ouvrir la programmation de cette section l’après-midi du 30 août.
(…)

Lire la suite

Mostra de Venise 2017: La sélection officielle et les jurys 

La 74ème édition de la Mostra de Venise, qui se déroulera du mercredi 30 août au samedi 9 septembre, a révélé son programme complet fin juillet à Rome, dans le cadre de l’habituelle conférence de presse consacrée à la Mostra de cinéma. Comme à l’accoutumée, Paolo Baratta, Président de la Biennale de Venise, et Alberto Barbera, Directeur de la Mostra, étaient réunis à cette occasion pour dévoiler le programme des festivités de cette 74ème édition.
(…)

Lire la suite

Madame Hyde : une relecture contemporaine et très libre de la nouvelle de Stevenson

De professeure de physique timide, ridiculisée par ses collègues et méprisée par ses élèves, Mme Gékyl (Isabelle Huppert, excellente, comme à l’accoutumée) est déterminée à s’affirmer et à se faire dorénavant respecter. Que s’est-il passé durant cette nuit orageuse alors qu’un coup de foudre s’abat sur le laboratoire où Madame Gékyl fait des expériences ? Devenue Mme Hyde grâce à un choc électrique puissant tombé du ciel, elle se mue en femme de feu et va être en mesure de tout changer dans sa vie, méconnaissable pour son mari (José Garcia), homme au foyer, comme pour le facétieux directeur d’établissement (Romain Duris, qui excelle dans un jeu maniéré) où elle enseigne.
(…)

Lire la suite

Lucky, présenté à Locarno, marque les débuts en tant que réalisateur de John Carroll Lynch

Véritable lettre d’amour et hommage mélancolique d’un acteur à une figure emblématique et remarquable du cinéma, le film de John Carroll Lynch, Lucky, a été présenté à la presse ce vendredi 4 août, s’avérant le premier film du concours international à susciter des applaudissements nourris à l’issue de la projection. Harry Dean Stanton, âgé de nonante-et-un ans, qui incarne ici Lucky, donne une performance d’acteur exceptionnelle.
Le film s’ouvre sur Lucky, malicieusement incarné par Harry Dean Stanton, en caleçon, pratiquant quelques exercices de yoga matinaux avant de se préparer à sortir, coiffé de son chapeau de cow-boy et chaussé de ses Santiags. Dès la séquence d’ouverture, des éclats de rire fusent.
(…)

Lire la suite

Freiheit de Jan Speckenback

Présenté jeudi 3 août à la presse, Freiheit (concorso internazionale), le film de Jan Speckenback, avec, dans les rôles principaux, Johanna Wokalek et Hans-Jochen Wagner, suit la fuite d’une mère de famille, Nora, hors du domicile familial et ses méandres existentiels qui l’entraînent de Berlin à Vienne puis Bratislava.
La séquence d’ouverture révèle une femme, dans la quarantaine, qui suit une visite guidée dans un musée puis abandonne le groupe de visiteurs pour s’asseoir devant un immense tableau du Caravaggio, Saint-Jérôme, La Tour de Babel: métaphore prémonitoire du périple que va entreprendre Nora pour échapper à sa “prison”, à la routine d’un quotidien devenu étouffant.
(…)

Lire la suite

Ta peau si lisse, documentaire de Denis Côté

Ta peu si lisse, de Denis Côté, coproduction entre le Canada, la France et la Suisse, a été présentée ce jeudi 2 août au 70ème Festival du film à Locarno en compétition internationale. Ce documentaire sur le bodybuilding questionne sur la suprématie de l’image de soi, de la représentation du corps dans notre société et souligne notre rapport au corps, mis en valeur à travers les réseaux sociaux telle une carte de visite. D’ailleurs, lors de la conférence de presse, Denis Côté a indiqué : “ Je me suis intéressé à la problématique du culturisme. Je souhaitais comprendre ce qui amènent des personnes à suivre une telle discipline, une diète astreignante, à prendre des produits et à s’exercer déjà tôt le matin pour développer ainsi leur musculature. Avant de les rencontrer, je suis allé scruter leur page Facebook et j’ai vu toutes photographies qu’ils postaient.”
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – Aus dem Nichts (In The Fade) de Fatih Akin : un film poignant et fort

Aus dem Nichts (In the fade) est sans aucun doute le film le plus politique de cette compétition du Festival de Cannes qui s’achève samedi 27 mai, avant l’annonce du palmarès dimanche 28 mai. L’Allemand d’origine turque Fatih Akin raconte sobrement les manquements de l’État, de la justice et de la société allemande concernant les attentats perpétrés par les membres du groupuscule néo-nazi NSU entre 2000 et 2011, tuant huit immigrés turcs, un immigré grec et une policière. Cela se passe a Hambourg mais cela aurait pu se dérouler à Paris, a Bruxelles, à Bamako, à Manchester.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – compétition: Les proies de Sofia Coppola

La compétition de ce 70ème Festival de Cannes est marqué par le retour de cinéastes habitués à présenter chacun de leurs films sur la Croisette : on songe à Michael Haneke, aux frères Dardenne et à Sofia Coppola qui y présente Les Proies (The Beguiled), film très attendu puisque doté d’une distribution exceptionnelle : Colin Farrell, Nicole Kidman, Kirsten Dunst et Elle Fanning.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – Hikari (Vers la lumière) de Naomi Kawase invite à comprendre l’invisible

La protagoniste du dernier film de Naomi Kawase, Hikari, Misako (Ayame Misaki) aime décrire les objets, les sentiments et le monde qui l’entoure. Son métier d’audio-descriptrice de films nourrit toute sa vie. Lors d’une projection, elle rencontre un célèbre photographe, Masaya Nakamori (Masatoshi Nagase) dont la vie a bâclé quand sa vue à commencer à se détériorer.
Naissent alors des sentiments forts entre un homme qui perd la lumière et une femme qui la poursuit comme un insecte attiré par une lueur en pleine nuit. Masaya Nakamori et de plus en plus amer et agressif à l’égard de ses congénères alors que sa vue faiblit, la première rencontre avec Misako l’agace profondément et le conforte dans ses convictions. Irrémédiablement plongé dans un monde de ténèbres où il semble n’y avoir aucun espoir, Nakamori ne manifeste aucun égard à l’attention de la jeune femme qui met toute sa bonne volonté et tout son savoir pour trouver les mots justes.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – Happy End de Michael Haneke: ennui et vacuité d’une chronique de la bourgeoise française

Happy End, le dernier film de Michael Haneke, semble être sa vision la plus extrême à ce jour. Le réalisateur autrichien pose un regard acerbe pointu et fataliste, teinte d’humour noir, sur une famille européenne aisée dans laquelle personne ne semble capable de se sentir bien ni au cœur de la famille ni dans la vie en général.
(…)

Lire la suite